Publié par Laisser un commentaire

Cocky Bastard

Cocky Bastard, par Vi Keeland et Peneloppe Ward
Roman anglophone

Résumé

Il faisait partie de ces gens qui appartiennent à mes fantasmes, et non à quelqu’un qu’on rencontre sur une halte routière au milieu du Nebraska. Un australien sexy et arrogant prénommé Chance était bien la dernière personne sur laquelle je m’attendais à tomber durant mon voyage en voiture. Lorsque mon véhicule a eu un problème mécanique, nous avons fait un arrangement. Sans m’en rendre compte, nous nous sommes retrouvés à voyager ensemble, passant des nuits intenses dans des hôtels et faisant des détours imprévus. Mon voyage ordinaire s’est trouvé être l’aventure d’une vie. C’était amusant et léger, jusqu’à ce que les choses s’intensifient. Je le désirais, mais Chance ne voulait pas se laisser aller. Je pensais qu’il me désirait aussi, mais quelque chose le retenait. Je n’étais pas supposée tomber en amour avec ce bâtard arrogant, surtout en sachant qu’à la fin du voyage, nos chemins allaient se séparer. Toute bonne chose a une fin, n’est-ce pas?

Excepté que la fin de notre histoire n’était pas celle que j’ai vu venir.

Mon avis

J’ai dévoré ce roman en 2 jours. À vrai dire, ce que je devrais vous expliquer, c’est que ce livre est écrit seulement en anglais. J’ai décidé de lire dans cette langue pour plusieurs raisons. La plus évidente étant que je voulais améliorer mon anglais, autant au parlé qu’à l’écrit. Et il s’est avéré que mon vocabulaire s’est beaucoup élargi. Mais, aussi, je suis consciente que beaucoup de romans, une très grande majorité, ne sont pas traduits. Et il y a tellement de talent que nous nous empêchons de découvrir à cause de la barrière de la langue! Je suis très heureuse d’avoir fait ce choix et je me suis découvert une facilité déconcertante pour la lecture en anglais.

Ce roman m’a beaucoup touché, car les sentiments et l’histoire décrite par les auteures étaient vraies. Comme si ces femmes avaient déjà vécu une histoire semblable et qu’elles savaient à quel point c’est dévastateur de se faire ghoster. Car, on va se le dire, leur chemin se sépare. N’ayez crainte, je ne dévoile pas un punch, au contraire. Mais… pour vrai, j’ai vécu une série d’émotions, comme dans des montagnes russes, et j’ai même pleuré. L’histoire de Chance et Aubrey est profonde et fait carrément rêver. Il faut le lire pour comprendre à quel point les contes de fées ne sont pas toujours les meilleures histoires avec les meilleures fins heureuses. De voir les personnages se battrent contre leurs envies, leurs sentiments, de peur de souffrir… de batailler pour rattraper leurs erreurs et recommencer de zéro… c’est poignant. Bref, les écrivaines ont su me captiver du début à la fin. J’en dis pas plus, sinon je vais dévoiler trop de choses.

Sincèrement…

Je n’ai pas voulu en parler, seuls quelques proches le savent, mais j’avais comme projet d’écrire une romance érotique. Je suis au 14e ou 15e romans de Vi et Peneloppe, et elles m’inspirent à développer mon côté sensuel d’écrivaine. J’ai vraiment eu un coup de cœur pour leurs histoires, et c’est rafraîchissant car le passé des personnages sont mouvementés et ça rend l’univers beaucoup plus profond que seulement écrire des scènes de sexe. De mon côté, j’ai déjà complété le tier de mon roman, qui est un défi pour moi car je suis fantastique jusqu’au bout des ongles. Mais je voulais me diversifier et je crois réussir à le faire pour le moment. Petit bémol… lire des histoires avec des héros comme Chance ne fait que faire grandir le gouffre entre l’amour et moi… ça me fait beaucoup trop rêver… mais bon. Un jour, qui sait?

Bonne lecture!

Publié par Laisser un commentaire

Bienvenue au camp!

Malgré le fait que j’ai passée le cap de l’âge adulte depuis presque 5 ans maintenant, je trouve toujours mon bonheur dans la section jeunesse de ma librairie. C’est en passant dans la section 12-14 ans que ces livres édités chez Héritage ont attirés mon regard. Dans la collection Frisson, on retrouve ce roman écrit par Dïana Bélice qui m’a ramené dans l’univers un peu spécial que j’avais connue plus jeune, les passepeurs.
Pour ceux qui ne se rappellent pas, les passepeurs est une série de roman d’horreur et d’épouvante où vous êtes le héros écrit par Richard Petit. De monstres gluant, à manoir hanté, en passant par une maladie épidémique provenant de zombies… on pouvait en voir de toutes les couleurs. C’est un peu ce que m’a rappelé le camp des enragés.

Novalie s’est inscrite pour l’été à un camp de jour sportif se situant en Abitibi. Quelques jours après son arrivée, elle remarque chez certains campeurs ont une attitude particulière, voir addictive a une boisson vendue en machine distributrice sur le camp.

Je qualifierais cette lecture, de lecture passe-temps, très agréable à lire et changeante. Habituée à des lectures plus prenantes d’esprit, me plonger dans la collection frisson m’a permis de m’évader et d’apprécier ma lecture sans me prendre à la tête avec des textes descriptifs interminables ou bourrés d’informations. Une écriture très fluide, simple et pas du tout enfantine. On y retrouve des mots adaptés à un public débutant en lecture sans toute fois devenir pesant pour un lecteur de niveau avancé. La dynamique de l’histoire nous permet d’être accroché aux pages et n’en démordre qu’à la toute fin.

Je conseillerais ce roman en cas de panne de lecture, il nous permet de revenir à nos débuts en lecture et n’est pas un casse-tête lorsque l’envie l’y est moins. Je conseillerais ce roman aussi à un jeune public débutant en lecture ou à nos petites tête entêtés qui refusent de lire autres que des BD. L’épaisseur du roman peut faire peur à certains, mais avec son caractère de police d’une bonne dimension, la lecture se fait rapidement et sans encombre.

Connaissiez-vous cette collection ? Aimeriez-vous la faire découvrir à vos jeunes lecteurs ou à vous même ? Je vous invite à partager vos impressions en commentaire sous chacun de mes articles. Des discussions pourraient s’en suivre et donner des idées pour des articles a venir.

*** Publié par notre blogueuse, Joanie ***

Publié par Laisser un commentaire

Reine d’Égypte de Chie Inudoh

Reine d’Égypte est un manga s’adressant à un public adulte. Par conséquent, les sujets
abordés sont davantage matures.
Chie Inudoh relate des événements historiques. Cependant, dans ce manga, la réalité et la
fiction se mêlent pour combler les incertitudes de l’Histoire.

Résumé

Hatchepsout, fille du pharaon Thoutmosis I, est l’héritière du trône d’Égypte. De ce fait,
son mariage avec son demi-frère Séthi fait de lui le nouveau pharaon. Thoutmosis II
(Séthi), devient un roi cruel à la mort de son père, l’ancien pharaon, pendant une
campagne militaire contre un pays voisin. Hatchepsout ne se sent pas assez forte pour
apporter à l’Égypte le chef que son peuple mérite, mais elle apprendra que, même femme,
elle peut se battre et changer le chemin qui semble être déjà tracé pour elle. Pourra-t-elle
façonner son destin selon ses désirs?

Qui est l’auteure?

Chie Inudoh, jeune auteure japonaise, nous invite à découvrir l’Égypte antique avec elle.
Dans sa première œuvre publiée en dehors du Japon, Reine d’Égypte, on y découvre l’une
des premières femmes que l’Histoire ait retenues. Chie Inudoh adore les personnages
féminins à fort caractère. C’est ainsi qu’elle s’attelle à raconter l’histoire d’une grande
reine égyptienne dont le destin hors du commun a été transformé par sa force de
caractère.

Mon opinion

Vous vous demandez peut-être comment j’ai découvert ce manga? Eh bien, à la
bibliothèque de mon quartier, j’étais connue comme une grande amatrice de mangas. Il
arrivait donc souvent que la bibliothécaire me parle des récentes acquisitions de la
bibliothèque en termes de mangas. Alors, dès qu’elle m’a parlé de Reine d’Égypte, je me
suis lancée dessus en pensant découvrir une fiction sur une paysanne égyptienne avec des
pouvoirs magiques qui devient la reine de l’Égypte. Ma déception a été grande, mais de
courte durée. En effet, malgré le récit historique, les personnages sont attachants et, selon moi, l’auteure prend le temps de bien tous les présenter, les développer. Par exemple, le scribe, Senmout, n’est pas qu’un scribe sans histoire, c’est aussi un ancien général de
l’armée égyptienne. Ce personnage a également tout un attirail de valeurs qui lui
façonnent sa personnalité.
En parcourant le récit, on a l’impression que tout coule de source. Chaque événement me
semblait être une conséquence logique de sa cause. Et malgré cela, le rythme de l’histoire
est bien cadencé. La fin du premier volume nous laisse apercevoir que quelque chose de
grand se prépare, mais sans rien dévoiler de ce qui va effectivement arriver. De plus, à la
fin de ce premier tome, on est bien loin du point de départ, on est déjà rendu plusieurs
semaines après les événements des premières pages.
Ce manga, comme plusieurs que j’affectionne, est séparé en deux parties distinctes. La
première partie, qui représente la quasi-totalité du contenu, est l’histoire. À même cette
importante part du contenu, on y retrouve des éléments culturels de l’Égypte ancienne.
Cependant, la seconde partie, intitulé dans cette œuvre Anubis sait tout, est tout aussi
importante et intéressante pour les passionnés de culture. Cette section ne fait que
quelques pages, mais, sous forme de bandes dessinées, elle ajoutera davantage de détails
à certaines mœurs de l’époque et nous instruit donc sur ce qui était l’Égypte en ce temps-
là.
Ainsi, ce manga, bien que sortant de tout ce que je lis d’habitude, est une mine de
rebondissements. Chaque page recèle une surprise et, à chacune de mes lectures, j’ai
découvert de nouveaux détails autant dans l’histoire que dans le dessin. J’ai également
adoré la section à la fin du livre me permettant d’apprendre davantage sur les mœurs à
cette époque.

** Publié par notre blogueuse, Audrey-Anne **

Publié par Laisser un commentaire

Le plus grand miracle du monde

Le plus grand miracle du monde, par Og Mandino.

J’ai beaucoup réfléchi, à savoir quel livre je pourrais vous conseiller pour mon premier article. Je me suis finalement arrêté sur ce livre. Il fait partie de la catégorie de croissance personnelle. Un merveilleux livre qui a changé ma vie il y a plusieurs années, conseillé par une amie. Je l’ai dévoré en une nuit, je ne pouvais pas m’arrêter de lire tant il était captivant. Un livre qui vous parle de la vie et vous amène à vous questionner sur le vrai sens de votre existence. Une histoire racontée merveilleusement, par un auteur extraordinaire . D’ailleurs, après ma lecture, j’ai eu envie de découvrir ses autres oeuvres.

Dans ce livre exceptionnel, Og Mandino fait la rencontre d’un personnage étrange et remarquable, Simon Porter, le chiffonnier. Il découvre en lui un être d’exception qui cherche à donner à ceux qui ont perdu le respect d’eux-mêmes, mais qui disposent pourtant d’un grand potentiel, un sentiment d’espoir, une nouvelle direction, afin de modifier leur vie et l’améliorer.

La vie est captivante. C’est une aventure fantastique,  il ne faut rien laisser au hasard et en profiter au maximum. Vivre dans le moment présent. Profiter de chaque seconde, sinon nous passons à côté de ce qu’il y a de plus grand. À lire et à relire!

Résumé:

L’un des plus grands écrivains en développement personnel nous raconte ici sa plus belle histoire – un récit palpitant qui a déjà changé la vie de millions de personnes dans le monde et qui changera bientôt la vôtre. A la lecture de ce texte unique et incroyablement inspirant, nous découvrons que le moyen et la puissance de rompre avec l’inertie doivent être générés par des forces depuis longtemps endormies, mais toujours en vie au plus profond de nous. A travers le célèbre Mémorandum de Dieu, message d’amour de Dieu aux hommes, nous comprenons les quatre lois du bonheur et de la réussite qu’Il nous o re : compte tes bénédictions ; proclame ta rareté ; fais un kilomètre de plus ; utilise avec sagesse ton pouvoir de choisir. Og Mandino nous laisse avec le sentiment, la satisfaction et la joie d’avoir pu rencontrer notre Créateur, marcher avec Lui main dans la main, pendant ce bref moment d’éternité.

Og Mandino (1923-1996) est l’un des auteurs en développement personnel les plus lus au monde. Ses livres, inspirés de la Bible et influencés par Napoleon Hill, W. Clement Stone et Emmet Fox, se sont vendus à plus de 50 millions d’exemplaires. Le message philosophique principal de Mandino est que chaque personne sur terre est un miracle et doit choisir de diriger sa vie avec confiance et en harmonie avec les lois qui régissent l’abondance.

Extrait:

“La jeune femme n’a rien dit, elle s’est contentée de son geste puis elle a disparu. C’est cet incident banal qui a donné à ma vie un nouveau sens et une nouvelle direction, monsieur Og. J’ai décidé de cesser de vivre caché dans mon petit appartement, de cesser de m’apitoyer sur ce que la vie m’avait donné et de commencer à donner un peu de moi-même aux autres, après toutes ces années de solitude.”

** Publié par notre blogueuse, Yvette **