Publié par Laisser un commentaire

Cocky Bastard

Cocky Bastard, par Vi Keeland et Peneloppe Ward
Roman anglophone

Résumé

Il faisait partie de ces gens qui appartiennent à mes fantasmes, et non à quelqu’un qu’on rencontre sur une halte routière au milieu du Nebraska. Un australien sexy et arrogant prénommé Chance était bien la dernière personne sur laquelle je m’attendais à tomber durant mon voyage en voiture. Lorsque mon véhicule a eu un problème mécanique, nous avons fait un arrangement. Sans m’en rendre compte, nous nous sommes retrouvés à voyager ensemble, passant des nuits intenses dans des hôtels et faisant des détours imprévus. Mon voyage ordinaire s’est trouvé être l’aventure d’une vie. C’était amusant et léger, jusqu’à ce que les choses s’intensifient. Je le désirais, mais Chance ne voulait pas se laisser aller. Je pensais qu’il me désirait aussi, mais quelque chose le retenait. Je n’étais pas supposée tomber en amour avec ce bâtard arrogant, surtout en sachant qu’à la fin du voyage, nos chemins allaient se séparer. Toute bonne chose a une fin, n’est-ce pas?

Excepté que la fin de notre histoire n’était pas celle que j’ai vu venir.

Mon avis

J’ai dévoré ce roman en 2 jours. À vrai dire, ce que je devrais vous expliquer, c’est que ce livre est écrit seulement en anglais. J’ai décidé de lire dans cette langue pour plusieurs raisons. La plus évidente étant que je voulais améliorer mon anglais, autant au parlé qu’à l’écrit. Et il s’est avéré que mon vocabulaire s’est beaucoup élargi. Mais, aussi, je suis consciente que beaucoup de romans, une très grande majorité, ne sont pas traduits. Et il y a tellement de talent que nous nous empêchons de découvrir à cause de la barrière de la langue! Je suis très heureuse d’avoir fait ce choix et je me suis découvert une facilité déconcertante pour la lecture en anglais.

Ce roman m’a beaucoup touché, car les sentiments et l’histoire décrite par les auteures étaient vraies. Comme si ces femmes avaient déjà vécu une histoire semblable et qu’elles savaient à quel point c’est dévastateur de se faire ghoster. Car, on va se le dire, leur chemin se sépare. N’ayez crainte, je ne dévoile pas un punch, au contraire. Mais… pour vrai, j’ai vécu une série d’émotions, comme dans des montagnes russes, et j’ai même pleuré. L’histoire de Chance et Aubrey est profonde et fait carrément rêver. Il faut le lire pour comprendre à quel point les contes de fées ne sont pas toujours les meilleures histoires avec les meilleures fins heureuses. De voir les personnages se battrent contre leurs envies, leurs sentiments, de peur de souffrir… de batailler pour rattraper leurs erreurs et recommencer de zéro… c’est poignant. Bref, les écrivaines ont su me captiver du début à la fin. J’en dis pas plus, sinon je vais dévoiler trop de choses.

Sincèrement…

Je n’ai pas voulu en parler, seuls quelques proches le savent, mais j’avais comme projet d’écrire une romance érotique. Je suis au 14e ou 15e romans de Vi et Peneloppe, et elles m’inspirent à développer mon côté sensuel d’écrivaine. J’ai vraiment eu un coup de cœur pour leurs histoires, et c’est rafraîchissant car le passé des personnages sont mouvementés et ça rend l’univers beaucoup plus profond que seulement écrire des scènes de sexe. De mon côté, j’ai déjà complété le tier de mon roman, qui est un défi pour moi car je suis fantastique jusqu’au bout des ongles. Mais je voulais me diversifier et je crois réussir à le faire pour le moment. Petit bémol… lire des histoires avec des héros comme Chance ne fait que faire grandir le gouffre entre l’amour et moi… ça me fait beaucoup trop rêver… mais bon. Un jour, qui sait?

Bonne lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *